400,000 galaxies, et toi et moi, au centre de l'univers: Christophe Galfard at TEDxParis



Filmé à TEDxParis le 28 novembre 2013 à la Gaîté Lyrique. Plus d’interventions sur
Docteur en Physique Théorique, ancien élève de Stephen Hawking, Christophe Galfard est passionné par la transmission du savoir scientifique au grand public. Auteur et présentateur de la chronique “L’Univers en trois minutes” sur France Inter durant l’été 2013, intervenant régulier de l’émission “On va tous y passer” de Frédéric Lopez, Christophe Galfard a reçu le prix « Le goût des sciences » du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche pour sa trilogie romanesque pour la jeunesse “Le Prince des Nuages”. Auteur du spectacle ESPACE, racontant l’histoire de l’univers et joué devant 60 000 personnes sur le parvis de la défense, il questionne sans cesse la place de l’homme dans l’univers.

Rejoignez nous sur les réseaux sociaux :

Nguồn: https://epicentreconcerts.org/

Xem thêm bài viết khác: https://epicentreconcerts.org/

42 Comments

  1. si je comprend bien l'univers est sphérique qui est délimité par des fluctuations de température de – 270
    degrés,

    mais cette univers se trouve où,autrement dit,il y a quoi en dehors de cette sphère?

    Peut 'il avoir d'autres univers a coté de la notre?

  2. Comment tout cela pourrait être un hasard, comment ne pas croire que y'a un Dieu derrière tout ça.
    Une planète planète placée au meilleur endroit possible, avec un température parfaite, de l'oxygène, etc… ça ne peut pas être un hasard

  3. Sur la surface de la terre aussi, on est partout au centre de cette surface, comme une fourmi sur un ballon. Mais la fourmi peut être au sommet du ballon : pour elle, où qu'elle regarde, ça descend. En revanche, pour ses copines situées sur le côté du ballon, il y a des regards qui montent et d'autres qui descendent. Comment se fait-il que tous nos regards aillent vers le bas de notre supersphère, l'espace-temps, c'est-à-dire vers le passé? Impossible de porter nos regards vers le haut, le futur ! Notre galaxie et notre système solaire ont-ils le privilège d'être au sommet de l'univers?

  4. ia pas moyen de faire peer que -278 encore ??? g pas eu ma dose jme KASS pas skou ssi

  5. 0 absolue -278° ??? 2eme anniversaire de ma maure ??? zave gagner ??? zetes toujours comptants ou les con ferenss c gratuit ??? ienna dautres qui ont encore DU REESSPEKT ??? vous prenez pas la tete "on" peux aussi remplasser les pektatures si le show man est pas tro gentil pour se faire niker par naw<ak

  6. Après tout ça, il y a en qui osent dire que dieu n'existe pas !!

  7. Cette vidéo m'a fait bader ça fait peur cette immenseité 😱

  8. We are in God's database. DBMS everywhere, for everyone. God has given us a unique gift, the soul, to stay in touch with him everywhere, through the body and blood of Jesus, which leads to God and Salvation through the action of the Holy Spirit in prayer

  9. Or again if no information travel faster than light why we can predict that a fruit will fall from a tree before see it….

  10. If no informations go faster than light why fire took time to burn….

  11. L'espace est tellement grand , nous somme vraiment qu'un grain de sable sur une plage qui représenterait l'univers , et après tout ça, quand je pense qui en a qui croi que la terre est plate😅😂😂

  12. Par contre c'est les électron qui tourne sur eux même depuis 13milliard d'année et l'univers observable est de 93.8 milliards D'années lumière

  13. I think he’s trying to help Parisians be a little less arrogant

  14. Il siffle du nez ça m'a un peu stressé. Sinon c'est ouf, je l'aime trop mon Christouille, il apporte tellement de lumières dans mon humble cerveau 😱

  15. Can you see throught a tree the rest of the forest …?

  16. En fait l'univers est un proces de creation infinie et n'aura jamais de fin

  17. Je pourrais passé des heures à écouter ce genre de conf alors que j’avais du mal à écouter en classe quand j’étais à l’école 😅

  18. Christophe Galfard oublie LANIAKEA (Hélène Courtoit) qui est un superamas qui contient "1 millions de galaxies.
    Il existe également une gigastructure très importante qui est NOTRE ILOT qui contient 10 000 milliards de galaxies.
    Il y a des milliards d'ilots dans l'univers; c'est le MULTILOT.
    L'univers contient donc (au minimum) 10 000 milliards de miliards de galaxies.
    On a donc ; La Terre >>> notre système solaire >>> notre Galaxie >>> Notre super amas local Laniakéa >> NOTRE ILOT >>> LE MULTILOT >>> l'univers inconnaissable.
    Les astrophysiciens qui veulent comprendre et apprendre la théorie du multilot peuvent me contacter. Guy Patel: Théoricien.

  19. Passionnant et raconté de manière passionnante par un passionné – vive le confinement qui me permet de regarder ces vidéos !

  20. La méditation, les pensées vont jusqu'où ???? Car nous Sommes issues poussière d étoiles …

  21. si nous sommes le centre de cette sphère qui est l'univers, une personnes qui est justement a la surface de cette sphere qui a il autour de cette même personne?

  22. c'est incroyable comme chute sont exposé ! SUBLIME NATURE , imaginer deux centre qui se rencontre grace au fond difus cosmologique 🙂

  23. Le forfait illimité ! :))) Bravo !

  24. Des amis dans d'autres galaxies !!! J'ME MARRE COMME DISAIT COLUCHE, on n'est même pas fichus de l' être avec les autres pays de notre planète 🤔😉

  25. qui a crée tout cela ? ce n est surement pas un jeu de hasard ??

  26. La nature est bien faite😍

  27. Ni début ,Ni fin .L'univers est infini.

  28. Gloire à notre créateur, qui a partir dun atome de lumière à créer l'infini et qu 'a partir dune goutte de sperme à créer tout autre chose🤲🤲🤲🤲🤲🤲

  29. Ma nouvelle religion : la science ! Tellement merveilleux, beau, immense et quand tu te rends vraiment compte de toutes les possibilités et probabilités!!!

  30. Ben mon vieux, aller sur Mars n'est déjà pas pour demain alors une autre galaxie… Il explique à des enfants de maternelle là?

  31. Je vous conseille l’univers sur netflix 🙂

  32. Genial¡¡

  33. c'est 400 000 galaxies ou 400 000 000 000 ?

  34. La cosmologie ne permet aucune expérimentation digne de ce nom. Les hypothèses qu'on y formule sont donc en roue libre, sans contrepartie, sans frein moteur. On les formule en interprétant des raies d'images de spectroscopes, pour la plupart. Quand les cosmologiques jonglent avec les milliards d'années pour nous parler d'objets supposés qui ne sont que des interprétations d'images la plupart reconstituées, on ne sait plus vraiment de quoi on parle. D'une hypothèse à l'autre, on arrive à des estimations qui diffèrent les unes des autres de durées supérieures au milliard d'années, ce qui fait perde le contact entre le cerveau en train de cogiter et la réalité concrète qu'on essaie de cerner, car plus rien n'a de sens. Lors d'une réunion d'anciens pour fêter les25 ans de la promo dont je faisais partie, j'ai posé publiquement la question à l'un de nos camarades qui avait choisi la discipline ''astronomie'' : '''peux-tu nous définir un trou noir'' ? A ma grande surprise, il n'a pas réussi à nous dire quoi que ce soit d'éclairant. A un moment, il nous a dit ''peut-être quand ce moment même, nous sommes tous dans un trou noir''. Pourtant nos étions tous fort diplômés à égalité, il aurait pu nous parler pas comme à des enfants. Eh bien non, il n'a pas pu nous définir en termes non infantiles la notion non poétique de trou noir. Dont acte.

    En sens inverse, à la même époque, j'ai donné une conférence à un public populaire, dans ma commune, pour parler d'astronomie, en réaction à un laïus qui avait été organisé dans cette même commune par des zozos à chemises à fleurs où il était question d'astrologie, d'ésotérisme, d'influence des planètes sur nos vies privées, nos amours, notre santé physique et mentale, et tutti quanti, ce qui m'avait indigné (du charlatanisme pur). je me suis mis un millier de chiffres dans la tête et j'ai raconté ce qu'on sait avec certitude sur NOTRE système solaire. Je m'étais fait prêter mille diapositives magnifiques par la Cité de l'Espace de ma région, qui m'a aussi prêté une cassette non publique de la NASA qui relatait en détail le gros pépin survenu au moment de l'alunissage du LEM dans la mission Apollo 11, où Armstrong et Aldrin foulèrent le sol lunaire pour la première fois dans l'histoire de l'humanité. Les ingénieurs qui m'ont prêté ce matériel finissaient de mettre au point un satellite artificiel qui devait être lancé à Kourou par le CNES. Alors j'ai parlé avec eux des missions Voyager, qui m'ont impressionné, et qui ont envoyé sur Terre une prodigieuse moisson de clichés extraordinaires de photos de Jupiter, de Saturne et de leurs satellites, prises ''de près'', c'est-à-dire à moins de 300 000 km de ces grosses planètes et de leurs gros satellites. Je leur ai parlé de cette prouesse fabuleuse du rendez-vous de Voyager 2 avec Neptune , qui est passé à un lieu précis à ne date précise dans l'environnement de Neptune. La presse en avait fait état : après 11 ans de voyage, l'erreur sur la datation de ce rendez-vous a été inférieure à 11 secondes ! Eh bien, à ma grande stupéfaction, ces ingénieurs m'ont appris que TOUS LES CALCULS POUR CE RENDEZ-VOUS HISTORIQUE, SANS EXCEPTION, ON ETE CONDUITS DANS LE CADRE DE LA MECANIQUE CELESTE NEWTONIENNE. Ce qui relativise la relativité d'Einstein.

    N'étant pas spécialiste en ces matières, je ne peux qu'écouter ce qui se dit dans le cercle de mes connaissances dans le milieu scientifique. Il m'a été dit plusieurs fois que les fameuses 43 secondes par siècle de différence dans le périhélie de mercure, qui ont fait la gloire d'Einstein dans les années1920, ont été vérifiées plusieurs fois, et que cette différence serait en faite inférieure à la précision absolue des mesures, même quand ces mesures sont exécutées avec les appareils les plus sophistiqués disponibles.

    D'autre part, un (excellent) mathématicien japonais a publié, dans les années1975-1980, un livre, rédigé en anglais, chez SPRINGER, qui démystifiait le discours cosmologique lambda, sous le titre ''décryptage du langage cosmologique''. L'auteur avait collecté, pour chaque assertion cosmologique, les documents originaux qui la sous-tendaient. La plupart consistaient en raies semblables aux code-barres de nos supermarchés, données par des observations spectroscopiques du ciel. Par exemple : ''quand vous lisez qu'il s'agit (par exemple) d' ''une étoile jeune de la séries des géantes bleues, située à x années-lumière dans la constellation xxxxx'', cela signifie que l'observation, pointée à l'endroit indiqué a donné ce qu'on peut voir figure numéro tant'' (et là, la figure numéro tant était un code-barre).

    Ce livre a connu un grand succès dans le village mathématique, mais hélas, il n'a pas été réédité. Au moins un des scientifiques que je connais en possède un exemplaire.

    JMNA

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *